Champion incontesté du safari photo, mais disposant aussi de plages tropicales ou de possibilités de trekkings au nord et chez les Masaïs, le Kenya est paré des grandes vertus du tourisme exotique. Éléphants, girafes, hippopotames ou repos compensateur sur les côtes de l’océan Indien : le candidat voyageur n’a que l’embarras du choix.

Kenya : Carte d’identité

– Capitale: Nairobi.
– Monnaie : le shilling kenyan.
– Fête nationale : le 12 décembre.
– Décalage horaire : une heure de plus par rapport à la France en été, deux heures de plus en hiver.
– Langue officielle : le swahili.
– Villes principales : Nairobi, Mombasa, Kisumu, Eldoret, Thika, Nakuru.
– Religion : chrétiens 60 % ; animistes 25 % ; musulmans 6 % ; autres 9 %.
– Nombre d’habitants : 39,1 millions d’ habitants

Kenya : Climat

On compte deux saisons : la saison sèche et la saison des pluies, qui se divisent elles-mêmes en deux : de juin à octobre et de décembre à mars pour la saison sèche ; de fin mars à début juin et de la mi-novembre à la mi-décembre pour la saison des pluies.

Sur la côte, le climat reste chaud et humide tout au long de l’année. Dans le Nord, la région connaît un climat quasi désertique et est balayée par des vents violents. Toute la partie ouest du pays connaît un climat plus agréable notamment dans les régions de plateaux et de montagnes. Attention : les nuits sont fraîches, voire froides.

Kenya : Quand partir

De janvier à février ou de juin à octobre : les températures sont élevées mais le temps est sec. Ce sont les meilleures périodes pour effectuer des safaris. Le reste de l’année, le pays connaît des pluies fréquentes.

Kenya : à voir / à faire

La faune

La grande famille animalière, dont le « Big Five » (buffles, éléphants, léopards, lions, rhinocéros), est présente et justifie les nombreuses propositions de safaris-photos, qui voient les visiteurs juchés sur un minibus à toit ouvrant dans l’attente de l’image rare. Les réserves, très visitées en juillet et août, gagnent à être explorées en septembre ou octobre, moment de la fin de la saison sèche, quand la végétation est rare et que les animaux cherchent à s’abreuver.

Le Big Five est réuni dans le parc de Masai-Mara, le plus intéressant et donc aussi le plus couru des touristes. La rivière Mara voit barboter les hippopotames et surtout passer une infinité de gnous et de zèbres en juillet et août, lors de la grande migration vers le sud.

Dans un tout autre genre mais tout aussi riche, le parc de Nakuru et son lac rassemblent des colonies de fl amants roses et de pélicans aux côtés des girafes, des gazelles et des rhinocéros noirs.

Autres grandes vedettes parmi les réserves : le parc d’Amboseli, avec vue sur le Kilimandjaro ; le parc Tsavo, le plus étendu ; la réserve de Samburu ; le parc national d’Aberdare. Les lacs Baringo et Naivasha renferment plusieurs centaines d’espèces d’oiseaux. Plus insolite pour observer la faune avicole : l’île de Mfangano, sur le lac Victoria, est le cadre idéal pour approcher, entre autres, aigles pêcheurs, aigrettes et cormorans.

Les côtes

L’agrément des rivages kényans de l’océan Indien est à la hauteur : plages de sable blanc, cocotiers et, en prime, une barrière de corail (« côte de Corail »), suscitant la découverte de la vie sous-marine. La plongée, la planche à voile et la pêche au gros, cette dernière surtout à Malindi (barracudas, marlins, thons), sont autant d’atouts qui ont permis le développement de structures balnéaires, au nord (archipel de Lamu, alentours de Malindi) comme au sud (Tiwi Beach, Diani Beach) de Mombasa.

Autre avantage : à l’heure actuelle, le tourisme balnéaire de masse n’a pas encore envahi le Kenya, quoique de nouveaux noms de sites, toujours de part et d’autre de Mombasa, commencent à fleurir, tels Galu Kinondo, Shanzu, l’île de Chale.

Les paysages et les trekkings

Les trois sommets qui constituent le mont Kenya (5 199 m), volcan éteint aussi respecté par les Kényans que le Fuji-Yama par les Japonais, constitue un bon entraînement pour le candidat à l’ascension du Kilimandjaro dans le cas d’un voyage couplé Kenya-Tanzanie. Les autres grands trekkings se situent autour du lac Turkana (ex-lac Rodolphe), à la rencontre des El Molo, pêcheurs, et des groupes turkana et samburu.

Ses montagnes et ses lacs offrent au Kenya des paysages attachants, dominés par la couleur jaune tendre de la savane. L’ancienneté des volcans donne çà et là des reliefs insolites tels que les vastes cavités naturelles du mont Elgon ou la grotte Leviathan, creusée dans la lave.

 

Kenya : Agenda des festivités

– 1er mai : fête du Travail
– 1er juin : jour de Madaraka, durant lequel on fête l’anniversaire de la république autonome du Kenya (défilé militaire et spectacles acrobatiques)
– Début juin : l’association Rhino Ark organise une course de 4×4 dans la savane pour sensibiliser la population mondiale à la protection du parc national et de la forêt d’Aberdares
– 20 octobre : journée du président Kenyatta (premier président du Kenya)
– 12 décembre : jour de l’Indépendance

Kenya : Les plus

– c’est l’endroit du monde, avec la Tanzanie, où le plus grand nombre de touristes peut faire le plus grand nombre de photos du plus grand nombre d’animaux ;
– il existe de nombreuses formules de voyages et des saisons qui coïncident avec les périodes de vacances françaises.

Kenya : Les moins

– un tourisme qui frôle la bousculade généralisée en juillet-août et qui oblige à se décider longtemps à l’avance ;
– des problèmes d’insécurité relevés au cours des dernières années (les régions frontalières du Nord sont très déconseillées) ;
– la rareté des témoignages historiques.

(Visited 10 times, 1 visits today)

Categories: Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>